Pourvu qu'il soit heureux, lanoblesse du théâtre populaire

Pourvu qu'il soit heureux, lanoblesse du théâtre populaire


CRITIQUE - Laurent Ruquier aborde la question de l'acceptation par des parents de l'homosexualité de leur enfant. La mise en scène de Steve Suissa, le jeu de Fanny Cottençon, Francis Huster, Louis Le Barazer effacent tout risque démonstratif.

Laurent Ruquier est bien plus qu'un animateur et producteur très populaire, un bourreau de travail qui se démène sur tous les fronts de la télévision, de la radio, notamment. Il possède un sens véritable du théâtre.

Qu'il aille du côté d'une gravité caustique, comme dans Landru, en 2005, de la guignolade féroce, comme dans Parce que je la vole bien en 2011, ou de la comédie sociétale ironique, comme dans À droite à gauche, en 2016, il réussit, toujours servi, il est vrai, par de très bons interprètes, à toucher le public en le faisant rire. Régis Laspalès, Catherine Arditi, Jean-François Balmer l'ont joué de très bon cœur.

Avec Pourvu qu'il soit heureux, il aborde une question grave. Celui, pour un jeune, de la révélation de son homosexualité à ses parents. Ici, c'est parce que le jeune homme se retrouve en couverture d'un magazine «people» avec l'élu de son cœur que son père et sa mère doivent admettre l'évidence.

» LIRE AUSSI - Réservez vos places au meilleur prix sur Ticketac

Pour le développement dramatique, l'auteur a choisi un procédé un peu démonstratif en trois temps. Dans le premier acte, la mère est compréhensive et le père non. Dans le deuxième acte, c'est le contraire. Dans le troisième, alors qu'un drame a eu lieu, le père, la mère, le fils se retrouvent et s'acceptent.

Production très soignée, beaux décors de Bernard Fau et Natacha Markoff, costumes seyants de Jean-Daniel Vuillermoz, lumières flatteuses de Jacques Rouveyrollis, musique fluide de Maxime Richelme, tout est harmonieux et tout va très vite. La pièce est volontairement concise. Elle est très efficace, même si l'on ne comprend pas forcément ce qu'a voulu Laurent Ruquier: que les (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Les pièces de théâtre inratables de la rentrée à Paris 
Rentrée théâtrale: contemporains français et étrangers à foison 
Fric-Frac, Misery, Tartuffe, Le Prénom...: tour d'horizon d'une riche rentrée théâtrale 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro





Source
L'article Pourvu qu'il soit heureux, lanoblesse du théâtre populaire est repris par MONDIALNEWS mais nous n'en sommes pas les auteurs. Voir ci-dessus : Source