Visite en avant-première de la Bourse de commerce, un chantier comme une tour de Babel


Pendant son passage de courte durée à Paris, l’architecte star Tadao Ando est venu voir, lundi 8 octobre et mardi 9 octobre, l’avancement des travaux de la Bourse de commerce. Cette rotonde blanche est toujours entièrement cachée par des palissades, au 40 bis rue du Louvre (ce nouveau numéro, plus frappant pour le grand public, est toujours en négociations avec la ville de Paris et les autorités administratives) donnant sur le jardin des Halles. Tous les six mois, ce fou de travail que la maladie a tout juste un peu ralenti vient contrôler ce chantier digne d’une tour de Babel, conduit par Bouygues Construction. «Ce chantier (lui) lui donne l’énergie de tenir bon».

Il a fait réaliser par son agence au Japon l’immense maquette en bois du monument parisien. Six étudiants de 20 ans y ont travaillé pendant 6 mois «pour faire la grande maquette de la Bourse de Commerce». Elle dévoile à Paris le tout premier projet imaginé, avec un cylindre intérieur bien plus haut que celui en construction. La ville de Paris voulait plus de lumière naturelle et un flux supérieur pour le public, donc sa hauteur a été diminuée. Fier comme un enfant qui a réussi ses assemblages, Tadao Ando l’a fait venir à Paris pour trôner dès l’entrée de l’exposition du Centre Pompidou. Donnant ainsi à François Pinault l’éclairage du grand commanditaire du moment.

Pénétrer dans la Bourse de commerce, c’est entrer dans l’univers futuriste d’Enki Bilal, la star serbe de la BD et premier apôtre de la dystonie en images, avec son enchevêtrement de passerelles en grillage montant en sculptures minimalistes jusqu’au ciel.




Source


L'article Visite en avant-première de la Bourse de commerce, un chantier comme une tour de Babel est repris par MONDIALNEWS mais nous n'en sommes pas les auteurs. Voir ci-dessus : Source