Quand la jeunesse réinvente le cinéma français


Nous, on a construit notre cinéphilie sur Internet, on est la première génération à avoir fait ça. Donc on a découvert des films via Internet. Et il nous semblait important de donner accès à des gens qui sont sur des plateformes aux films« . Idem pour Noemie Schmidt qui considère que « le cinéma, c’est un art et pas un lieu. Et le but, c’est de faire de bons films. » Celui-ci est le résultat de 4 ans de travail de la part d’une équipe qui ne pensait sans doute pas en arriver là. » data-reactid= »15″> »Paris est une fête » casse les codes du cinéma français. Pas de budget, presque pas d’acteur, aucun figurant et un scénario qui se réécrit au fil de l’actualité. Dans cette volonté de réinventer le cinéma français, les membres de l’équipe n’auraient pas pu trouver un meilleur diffuseur que Netlfix. La plateforme de streaming en ligne vient en effet d’annoncer que le film réalisé par Elisabeth Vogler (pseudonyme) sortirait début 2019, au plus grand bonheur de son producteur Laurent Rouquette, pour qui cela sonnait comme une évidence. « Nous, on a construit notre cinéphilie sur Internet, on est la première génération à avoir fait ça. Donc on a découvert des films via Internet. Et il nous semblait important de donner accès à des gens qui sont sur des plateformes aux films« . Idem pour Noemie Schmidt qui considère que « le cinéma, c’est un art et pas un lieu. Et le but, c’est de faire de bons films. » Celui-ci est le résultat de 4 ans de travail de la part d’une équipe qui ne pensait sans doute pas en arriver là.

Raconter des histoires

Au départ, « Paris est une fête » ne devait être qu’un court métrage réalisé par une bande de copains dans le simple but de tester une nouvelle caméra. De ce projet naît très vite l’idée de raconter des histoires, dont Paris serait le (…)

A lire aussi





Source


L'article Quand la jeunesse réinvente le cinéma français est repris par MONDIALNEWS mais nous n'en sommes pas les auteurs. Voir ci-dessus : Source