Le clip de Beyoncé et Jay-Z attire les visiteurs au musée du Louvre


Il n’en est pas revenu. Pierre-Hadrien Poulouin, 36 ans, médiateur au Louvre, a pour métier d’organiser des visites guidées pour des jeunes de banlieue ayant connu des parcours difficiles voire cabossés, en lien avec des associations.

Le Louvre les intimide. Souvent, Pierre-Hadrien galère. Et puis, il y a eu le miracle Beyoncé-Jay Z, et leur clip « Apeshit » tourné dans le musée, dans lequel on aperçoit 17 œuvres du Louvre.

« Le jour où le clip est sorti, le musée est devenu d’un coup hyper sexy, glamour, raconte-t-il. Au lieu de trois volontaires pour une visite, ils étaient onze. D’habitude, ils ne tiennent que quarante minutes. Là, ça a duré deux heures et ils étaient hyper fans ».

Faire partie d’un « gang Louvre »

En quelques semaines, le clip du couple américain, en concert vendredi et samedi soir au Stade de France, vu plus de 70 millions de fois, est devenu un outil pédagogique pour les médiateurs du Louvre.

« On a touché beaucoup de jeunes grâce à ce clip, il nous fait gagner un temps fou, poursuit Pierre-Hadrien Poulouin. Surtout que Beyoncé et Jay Z ont choisi plusieurs œuvres sur la question noire, comme ce portrait signé par Marie-Guillemine Benoist (1768-1826), elle-même une femme peintre. Ça les passionne. En plus, ce tableau représente une Marianne de la République noire. Ça réveille ! Les jeunes se sentent hyper à l’aise avec ces œuvres choisies par les deux musiciens. Ils ont même l’impression de faire un peu partie d’un gang Louvre. Et ils voulaient tout savoir. Est-ce que j’avais croisé Beyoncé, est-ce que c’était moi qui lui avais organisé la visite ? J’aurais bien aimé, mais non. »

Poser devant les œuvres comme les stars

Désormais, sur le site Internet du musée, un parcours à imprimer ou à télécharger permet même d’aller d’une œuvre à l’autre. Les visiteurs (…)




Source


L'article Le clip de Beyoncé et Jay-Z attire les visiteurs au musée du Louvre est repris par MONDIALNEWS mais nous n'en sommes pas les auteurs. Voir ci-dessus : Source