"Perturber les épreuves du bac, ce n'est pas défendre le service public", estime Elisabeth Borne

"Perturber les épreuves du bac, ce n'est pas défendre le service public", estime Elisabeth Borne


. La ministre des Transports "en appelle", quant à elle, "à la responsabilité des syndicats", mardi 12 juin sur franceinfo. Elisabeth Borne pense "en particulier pour la semaine prochaine, où l'on a plus de 700 000 candidats qui vont passer le bac"." data-reactid="22">Dans le cadre du 15e épisode de grève à la SNCF, l'intersyndicale appelle à une "journée de la colère cheminote". La ministre des Transports "en appelle", quant à elle, "à la responsabilité des syndicats", mardi 12 juin sur franceinfo. Elisabeth Borne pense "en particulier pour la semaine prochaine, où l'on a plus de 700 000 candidats qui vont passer le bac".

La ministre des Transports est également revenue sur la réforme. Elle assure qu'elle a eu lieu dans un climat de concertation et que les amendements des syndicats ont été pris en compte. Le gouvernement entend maintenant préparer les accords de branches, pour amorcer l'ouverture à la concurrence. Les partenaires sociaux se réuniront au ministère des Transports à partir de vendredi. Lundi, députés et sénateurs sont parvenus à une version commune du projet de loi de réforme ferroviaire. L'adoption définitive devrait suivre cette semaine.

franceinfo : Est-ce un échec pour le gouvernement de ne pas avoir réussi à désamorcer le conflit ?

Elisabeth Borne : Je note que ce processus législatif et la réforme arrivent à leur terme. Il y a trois mois, on nous disait que c'était impossible, on nous suspectait de vouloir passer en force. En réalité, il y a eu un dialogue permanent avec les organisations syndicales. Je le dis aux cheminots et aux syndicats : il y a des garanties de haut (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi





Source
L'article "Perturber les épreuves du bac, ce n'est pas défendre le service public", estime Elisabeth Borne est repris par MONDIALNEWS mais nous n'en sommes pas les auteurs. Voir ci-dessus : Source