l’avocat de Laura souhaite un accord avec Laeticia


Le chaud et le froid. Ce lundi matin, l’avocat de Laura Smet, Emmanuel Ravanas, a usé du velours et du martinet sur RTL. Il a d’abord tendu la main à la veuve de Johnny Hallyday, opposée devant les tribunaux et l’opinion aux enfants du chanteur. « Johnny Hallyday aurait eu 75 ans le 15 juin prochain. Je forme le vœu que pour le 15 juin, nous ayons réussi à trouver le respect des droits de chacun et un point d’équilibre », a-t-il indiqué.

« Affrontons le principe de réalité, déployons l’intelligence du cœur. Arrivons à trouver un accord sur deux points essentiels : le devenir de l’œuvre de Johnny Hallyday avec Jade et Joy (ses deux filles mineures, NDLR) et un partage en pleine propriété des biens », a ajouté le conseil de la comédienne Laura Smet.

Avantage Laura et David pour l’instant

En même temps, Emmanuel Ravanas a fait claquer le fouet : « On a menti à la France », a-t-il clamé en référence à la longue interview de Laeticia Hallyday dans Le Point jeudi, après avoir réaffirmé que Grégory Boudou, le frère de Laeticia, avait bien été nommé dans le testament de Johnny avant d’en être exfiltré en février, soit deux mois après la mort du « Taulier ». « Il était le protec­teur du trust avant qu’il ne soit exfil­tré le 21 février dernier », a-t-il asséné.

« Je dis simplement à Madame Hallyday : elle n’a pas le droit et la loi pour elle comme il a pu être dit. Au bout de la route de ce terrain judiciaire, il y a l’application de la loi française », a ajouté l’avocat.

Une manière de pousser Laeticia à accepter un compromis alors qu’une première manche a été remportée par les enfants du rocker ? Vendredi dernier, le TGI de Nanterre (Hauts-de-Seine), saisi en référé par les premiers enfants de Johnny, David et Laura, a reconnu que le frère et la sœur faisaient « valoir des moyens sérieux quant à l’applicabilité de la loi française à la succession » de (…)




Source


L'article l’avocat de Laura souhaite un accord avec Laeticia est repris par MONDIALNEWS mais nous n'en sommes pas les auteurs. Voir ci-dessus : Source