les trois scénarios après les frappes en Syrie

les trois scénarios après les frappes en Syrie


pour Donald Trump, "une agression" pour la Syrie et "un crime" selon la Russie et l'Iran... Damas et Homs ont été touchées, dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 avril, par des frappes aériennes coordonnées par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni. En réponse à une attaque chimique présumée, le 7 avril 2018 dans la Ghouta orientale, les Occidentaux ont visé des bases militaires et un centre de recherches." data-reactid="22">L'opération est terminée. "Une mission accomplie" pour Donald Trump, "une agression" pour la Syrie et "un crime" selon la Russie et l'Iran... Damas et Homs ont été touchées, dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 avril, par des frappes aériennes coordonnées par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni. En réponse à une attaque chimique présumée, le 7 avril 2018 dans la Ghouta orientale, les Occidentaux ont visé des bases militaires et un centre de recherches.

Sans surprise, la Syrie, l'Iran et la Russie ont dénoncé ces frappes. Côté occidental, les Etats soutiennent la réponse coordonnée par les trois pays. Mais à quoi doit-on s'attendre après cette opération ?

Sur le terrain : le statu quo après une attaque unique

Jean-Marc Lafon, cofondateur de l'institut Action résilience, répond laconiquement : "Sans doute pas grand-chose." Interrogé par franceinfo, il estime que "cela ne va pas affecter sa [de Bachar Al-Assad] capacité militaire, ni son rôle politique sur son pays. Là, vraiment, je pense que l'objet est de dissuader les usages d'armes chimiques, que ce soit en Syrie ou ailleurs. [...] Ce n'est pas pour peser sur le déroulement du conflit syrien."" data-reactid="25">A la question "Que va-t-il se passer pour la suite ?", Jean-Marc Lafon, cofondateur de l'institut Action résilience, répond laconiquement : "Sans doute pas grand-chose." Interrogé par franceinfo, il estime que "cela ne va pas affecter sa [de Bachar Al-Assad] capacité militaire, ni son rôle politique sur son pays. Là, vraiment, je pense que l'objet est de dissuader les usages d'armes chimiques, que ce soit en Syrie ou ailleurs. [...] Ce n'est pas pour peser sur le déroulement du conflit syrien."

Effectivement, selon les différents chefs des armées des trois pays à l'origine des frappes aériennes, l'opération avait pour cibles uniquement les lieux de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi





Source
L'article les trois scénarios après les frappes en Syrie est repris par MONDIALNEWS mais nous n'en sommes pas les auteurs. Voir ci-dessus : Source