« Je me suis vu mourir »


« Je veux que cette histoire sorte pour ne plus que ça arrive ! » Dans son peignoir de convalescent, Adama Samaké ne décolère pas. Cet habitant de Montmagny se remet difficilement de la mésaventure vécue le 11 octobre dernier, et qui l’a amené à porter plainte contre la clinique Claude Bernard d’Ermont, pour non-assistance à personne en danger.

Se plaignant de « vives douleurs au niveau du ventre », ce père de famille de 29 ans et sa femme se rendent ce jour-là aux urgences de la clinique, vers 11 heures. Sur place, Adama Samaké explique être porteur d’un anneau gastrique depuis 2014.

« J’ai montré ma carte, souligne-t-il. Celle-ci me permet d’être pris en charge par n’importe quel hôpital en cas de problèmes ». Cependant, l’infirmière qui le reçoit lui aurait répondu qu’elle « ne peut rien faire », et l’aurait réorienté vers l’établissement qui lui a posé l’anneau gastrique.

Il s’agit de l’hôpital des Peupliers, dans le XIIIe arrondissement de Paris, situé à près de trois quarts d’heure de route. « Je voulais juste une radio ou un scanner pour savoir ce qu’il se passait dans mon ventre » s’agace-t-il.

Devant son insistance, l’infirmière lui aurait alors recommandé de se rendre directement en radiologie. Mais là encore, ce service l’aurait renvoyé vers l’accueil, où il se serait heurté à un nouveau refus de l’infirmière. « Qui est cette personne pour ne pas prendre en charge quelqu’un de souffrant, s’emporte aujourd’hui le patient. Je me suis vu mourir. »

Adama Samaké et sa femme prennent alors la direction des urgences de l’hôpital Floréal, à Bagnolet (Seine-Saint-Denis). Là-bas, il est pris en charge au bout d’un quart d’heure. Le médecin qui l’ausculte vers 12h30 détecte, scanners à l’appui, tous les symptômes d’une « péritonite ».

Il est envoyé directement au bloc (…)



Source link : https://fr.news.yahoo.com/eaubonne-vu-mourir-162814081.html

Author :

Publish date : 21 November 2017 7:15 pm


L'article « Je me suis vu mourir » est repris par MONDIALNEWS mais nous n'en sommes pas les auteurs. Voir ci-dessus : Source