un risque de « despotisme doux »


« Certes, la prévention est nécessaire et doit être renforcée face aux fureurs terroristes, mais la séparer de la punition pour en faire un objectif répressif en soi marque une rupture, conduisant d’une société de responsabilité à une société de suspicion », argue-t-elle. « Cette rupture […] est consommée dès lors que la punition n’est plus l’objectif d’un droit que l’on persiste à nommer “pénal”, alors qu’il tend vers des mesures qui sont imposées à une personne non pas pour les punir d’un crime qu’elle a commis, mais pour prévenir ceux qu’elle pourrait commettre », dit-elle.

Le projet de loi antiterroriste, qui arrive mercredi à l’Assemblée après avoir été débattu au Sénat, a suscité les levées de boucliers d’associations, de syndicats et de personnalités comme le Défenseur des droits, Jacques Toubon, ou la présidente de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, Christine Lazerges. Plus de 500 chercheurs et (…)

Source link : https://fr.news.yahoo.com/projet-loi-antiterroriste-risque-despotisme-doux-131500418.html

Author :

Publish date : 17 July 2017 1:15 pm


L'article un risque de « despotisme doux » est repris par MONDIALNEWS mais nous n'en sommes pas les auteurs. Voir ci-dessus : Source