Le biomimétisme par Idriss Aberkane #20 : la protection des espèces


Lutter pour la protection des espèces, c’est accepter un premier défi : répondre à la question « à quoi ça sert ? ». Evidemment, il y a la notion d’esthétisme : on veut que nos enfants puissent profiter de tel ou tel magnifique animal plus tard. Mais Idriss Aberkane a conscience que cet argument ne peut convaincre tout le monde. Il insiste alors sur l’existence d’espèces « clé de voûte », c’est-à-dire indispensables à l’équilibre d’un milieu. C’est un peu à l’image d’un mur de briques : retirer une, deux ou trois briques n’aura aucun effet. Mais en ôtant une cinquième puis une septième, le mur s’effondre. Cette théorie, utilisée en écologie pour représenter les liens entre les espèces, illustre parfaitement la nécessité de protéger les espèces.

Une protection rentable

Autre argument d’Idriss Aberkane : la protection des espèces est rentable ! Un bon argument à avancer aux décideurs économiques et politiques. Prenons l’exemple d’espèces marines. Les baleines sont sensibles et intelligentes. Et les chasser pour leur graisse ou leur chair est une aberration, alors que s’inspirer de leurs nageoires peut créer bien plus de richesse. Au Danemark par exemple, une société fabrique des hydroliennes, en reproduisant la forme d’une nageoire de baleine. Situation similaire pour les requins, traqués pour leur peau et leurs ailerons. Pourtant, nous avons tout intérêt à les préserver, pour leurs anticorps. Aujourd’hui, dans les laboratoires, les anticorps les plus stables proviennent de camélidés (girafes, lamas, chameaux…). Pourtant, ceux des requins sont encore plus stables, et pourraient permettre des avancées scientifiques contre certaines maladies. Enfin, les (…)

Source link : https://fr.news.yahoo.com/biomim%C3%A9tisme-idriss-aberkane-20-protection-esp%C3%A8ces-131100973.html

Author :

Publish date : 20 June 2017 1:11 pm


L'article Le biomimétisme par Idriss Aberkane #20 : la protection des espèces est repris par MONDIALNEWS mais nous n'en sommes pas les auteurs. Voir ci-dessus : Source