bientôt la fin des personnages animés sur les aliments trop gras ou sucrés ?


Les ministres de la Santé de l’Union européenne se réunissaient vendredi pour adopter de nouvelles recommandations concernant l’obésité infantile. C’est à cette occasion que le Bureau européen des Associations de consommateurs a demandé le retrait des Batman, Reine des neiges et autres mascottes sur les emballages d’aliments peu nutritifs (gras, sucrés, salés) destinés aux enfants.

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il existe un lien indéniable entre la publicité vantant les aliments très gras, sucrés ou salés, et l’obésité infantile.

Or, ces aliments peu équilibrés présentent souvent sur leurs emballages ou dans les publicités des mascottes ou des personnages de dessins animés. Une pratique qui vise particulièrement les enfants.

C’est justement ce qui dérange le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC). “Les personnages de dessins animés sont une méthode de marketing particulièrement puissante et convaincante pour cibler les enfants”, expliquent ses membres.

Ces derniers ont examiné la présence de “mascottes” (humains fictifs, dessins animés d’animaux et objets animés) sur les étagères de supermarchés et lors de publicités dans 13 pays dont la France.

Batman, le lapin de Nesquik ou “Tony the Tiger”… Les résultats ont montré que la quasi-totalité de ces mascottes apparaissait sur des aliments trop chargés en sucre, sel ou en graisses. Des produits qui peuvent favoriser l’obésité infantile.

Sur plus de 100 exemples, seul un personnage pour enfants servait à promouvoir un aliment sain : les “Minions”. Ils sont utilisés en Grande-Bretagne pour le maïs en conserve.

A l’occasion de la réunion des ministres de la Santé de l’UE sur l’obésité infantile, le BEUC a donc écrit une lettre à des entreprises alimentaires européennes et les détaillants. Il demande à Kellogg’s, Carrefour, Ferrero et autres, de cesser d’utiliser des personnages de dessins animés lors de la commercialisation d’aliments pauvres en nutriments destinés aux enfants.

“Avec un enfant sur trois en Europe ou en surpoids ou obèses, il est crucial de prendre rapidement des mesures pour s’attaquer à ce grave problème de santé publique” qu’est l’obésité infantile, écrit Monique Goyens, la directrice générale du BEUC.”

Elle explique que “des personnages dessinés attrayants suggèrent un sentiment d’amusement et d’aventure pour les jeunes enfants qui peuvent développer des liens émotionnels avec les personnages. La recherche scientifique a montré qu’ils peuvent avoir une influence puissante dans l’élaboration des préférences alimentaires et des demandes d’achat des enfants.”

La directrice générale précise que pour cette mesure de restriction soit efficace, elle ne doit pas se limiter à la publicité, mais aussi être étendue aux emballages.

“Nous ne demandons pas que Tony the Tiger ou les Minions disparaissent des publicités, nous voulons simplement que les produits vendus aux enfants soient plus sains”, indique-t-elle dans le communiqué de presse.

Les Pays-Bas font office d’exemple à suivre dans ce domaine. La Fédération néerlandaise de l’industrie alimentaire, représentant 450 entreprises alimentaires, a décidé en décembre 2016 de restreindre l’utilisation de personnages sous licence pour les emballages.

En France, le taux d’enfants en surpoids ou obèses est resté stable ces dernières années, passant de 17,6 % en 2006 à 16,9 % en 2015 (rapport Santé publique France).

 



Source link : https://m6info.yahoo.com/obesite-infantile-bientot-la-fin-des-personnages-animes-sur-les-aliments-trop-gras-ou-sucres-164151659.html

Author :

Publish date : 17 June 2017 4:41 pm


L'article bientôt la fin des personnages animés sur les aliments trop gras ou sucrés ? est repris par MONDIALNEWS mais nous n'en sommes pas les auteurs. Voir ci-dessus : Source