Germanwings : la tragédie les a unis

Germanwings : la tragédie les a unisNon-stop et en temps réel, la petite caméra diffuse l’image de la stèle avec, en arrière-plan, un paysage à couper le souffle : la tête de l’Estrop qui domine à 2 961 mètres le massif des Trois-Evêchés. Ce plan fixe et apaisant, des proches de victimes peuvent le regarder de chez eux à tout instant. En Iran, depuis un an, Mehdi Eslami pleure, prostré devant sa ­télévision. Il est le père de Milad, journaliste sportif décédé dans l’A320. Mehdi a voulu que son fils soit enterré au ­Vernet, près des lieux de sa mort.A lire aussi: Germanwings, la blessure reste béanteJoëlle Balique, la femme du maire du village, à la demande d’Ana Schmidt, épouse de Ralph, victime allemande, est allée, le 28 octobre dernier, disposer des bougies autour de la stèle puis sur le ­chemin du crash, à l’heure précise où Ana accouchait de Ralphy. Puis Ana a désigné la fille de Joëlle, Joséphine, comme marraine. Toujours en octobre, les parents et la sœur d’un garçon décédé à l’âge de 16 ans ont séjourné au camping Mandala, à Prads-Haute-Bléone, de l’autre côté du massif. Le directeur du lycée de Haltern était à leurs côtés. Yvan, patron du camping et accompagnateur en montagne, les a conduits sur les lieux du crash, à deux ou trois heures de marche. La petite sœur a demandé en chemin où son frère était tombé puis, lorsqu’elle a découvert l’endroit, comment les secours avaient pu arriver là. En décembre, Max Tranchard, habitant du Vernet, a lui aussi conduit sur zone neuf Espagnols, femme, parents, nièce…

Source : Yahoo


L'article Germanwings : la tragédie les a unis est repris par MONDIALNEWS mais nous n'en sommes pas les auteurs. Voir ci-dessus : Source